cardback Magic

Magic et moi, c'est une longue histoire d'amour. Je ne connaissais pas grand chose du monde des jeux de société lorsque j'ai découvert Magic. Comme beaucoup de monde, enfant j'ai joué au Monop', Cluedo, Bonne paye... Etudiant, je me suis orienté  sur du plus gros : d'abord les Échecs, puis du Risk entre potes et entre bouteilles (chut, ne le dites pas), et une boite de Warhammer qui m'a permis de massacrer mes premières figurines à la peinture. Plus importante encore fut la découverte du jeu de rôle, l'activité qui m'a fait péter un certain nombre de cours et arriver le matin avec des cernes impossibles.

Et Magic est arrivé qui a tout renversé sur son passage : squattant toutes les heures dévolues au jeu et vidant mon maigre compte bancaire. Une époque où les bilands et les force of will valaient 10 francs.

De nombreuses années plus tard, alors que mes premières amours de jeu ont pratiquement disparu, Magic est toujours là. Il est le seul, des jeux du début, à avoir survécu à mon entrée dans la vie active et à ma vie familiale. Les classeurs pleins se sont accumulés au fil des ans. Je ne suis pas collectionneur et tout ce que j'ai, je l'ai joué ou acheté en prévision de le jouer, dans beaucoup de formats, du vintage aux formats maison plus alambiqués les uns que les autres.

J'ai tâtonné de nombreuses années avant de m'arrêter finalement au seul format qui m'intéresse, tant en build qu'en partie : le Commander, en 1 vs 1 surtout.

En cette fin d'année 2017, à l'heure des classiques bonnes résolutions, j'ai décidé de faire le grand ménage. Mon objectif est de conserver un seul classeur, tout le reste est parti à la vente. J'ai gardé 6 decks, 3 pour ma pomme et les 3 du fiston. Tous ont une "intention" particulière et tous ont une tendance aggro, le but est de jouer avec l'adversaire avec des phases de combat, pas de comboter dans son coin. Sans oublier le thème bestiole : il y a tellement de cartes aujourd'hui qu'il est possible de thématiser son deck et d'en faire un truc qui tourne.

1) Les decks costauds

La fournée de Commander 2017 a offert des généraux à thème fort sympathique. Le plus fort d'entre eux, sans doute, est Arahbo. C'est un général chat qui bourre comme un malpropre. En face, je lui propose le classique deck Slivoide 5 couleurs.

Arahbo

Slivo

 Attention, un bon deck slivo demande un budget considérable. On peut désormais se passer des bilands, mais le reste du deck n'est tout de même pas donné. En comparaison, le deck Arahbo coûte une poignée d'euros.

2) Les decks middle

Ce sont des decks costauds mais pas trop, un peu fun, un peu gras, le cul entre deux chaises. Les Commander 2017 propose à cette fin un général bien agréable : l'ur-dragon qui permet de monter un deck à thème qui fonctionne bien. Comme Arhabo, le but n'est pas de jouer son général mais de profiter de "l'éminence". Je lui oppose un deck ondin. Et oui un weenie blue aggro, remplie des fameuses épées fort cotées, et un peu de contres quand même, on joue bleu... J'ai toujours aimé le bleu sauf quand il est joué contrôle lourd. Le bleu peut être bien autre chose qu'un jeu chiant.

Concernant le deck dragons, et pour stabiliser le bousin, je me suis arrêté sur trois couleurs vert-rouge-noir, le vert pour la vitesse via les dorks (les nénelfes 1/1 qui font de la mana), rouge et noir pour le nombre de dragons dispo dans ces couleurs, leur puissance et agressivité. Le rouge et noir aident aussi à nettoyer d'éventuelles bloqueurs, même si pour empêcher des dragons 5/5 volants plus célérité d'attaquer, il va falloir se lever de bonne heure.

Kopala

Ur-Dragon

 

3) Les jeux light

Ce n'est pas du fun à l'état brut, c'est monté serieux, pas de cartes tordues au coût de lancement prohibitif. C'est juste que les créatures qui composent ces decks ne représentent pas le haut du panier de Magic. Ayant toujours aimé le mythe du loup-garou, je me devais de créer un deck les exploitant. Seule contrainte budgétaire : il faut acheter les loups deux fois pour les "flipper" facilement et éviter de devoir manipuler les pochettes, ce qui peut s'avérer vite lourd. Je lui oppose un deck minotaure avec un chef pas mino mais dont le dessin est sans équivoque. C'est le Dieu des minos ! Et un Dieu qui met une clock à faire pâlir son adversaire. Il va falloir le gérer le bestiau.

Mogis

Ulrich

 

Il faut reconnaître à Magic sa capacité à innover. Le thème loup-garou est un bon exemple. Lorsque un joueur n'a pas joué de sorts pendant son tour on flippe les bestioles pour les transformer en garou. Dans les faits, c'est très dur à obtenir mais quelques cartes peuvent vous aider. Au final, il ne faut pas compter sur le flip, mais plutôt le considérer comme une cerise sur le gâteau. Surprise ! En fait je suis un loup-garou !

Quelques exemples :

 

Bandit 01

Bandit 02

 

Maire 01

Maire 02

 

 Ce qu'il y a de bien avec les deck commander, et plus encore ceux à thème, est que l'upgrade est light et simple. Il suffit de vérifier à chaque extension si quelque chose ne rentrerait pas. Pour les slivos, c'est encore plus facile vu qu'ils ne reviennent que tous les 3 ou 4 ans. Il faut dire que la famille slivo est déjà bien complète.

Les decks avec le plus de potentiel de développement sont sans doute ondins et dragons dont les représentants de ces familles sont édités régulièrement. Il suffirait de pas grand chose pour en faire des decks vraiment forts, bien que des généraux comme Arahbo mettent la barre assez haute (le deck se classe régulièrement dans le milieu compétitif, à peine quelques mois après sa sortie).

C'est donc avec le vénérable Magic que je vous souhaite de passer un excellent Noel :)

Jones